deutsch|english|français
Jetzt spenden!

Jetzt auch mit Paypal bezahlen

 

 

 

Pleyel en temps qu'éditeur


 
Déjà dans la décennie de 1780, à Presbourg, Pleyel avait considéré que ce serait une bonne chose d'éditer lui-même ses ouvres. Dès 1786 il écrivit à Presbourg qu'il " deviendrait son propre éditeur et pourvoyeur ". Le journal Pressburger Zeitung écrivit: " Une piraterie sans conscience, et des éditions corrompues de mes ouvres, m'ont jusqu'ici complètement dérobé des fruits de mes efforts. Des manuscrits d'origines diverses ont été trouvés et mélangés, et [...] ont été imprimés sans mon autorisation [...]. [...] Ces conditions déplorables m'ont poussé à devenir actif dans l'avenir comme éditeur et distributeur de mes compositions ".

Avec l'encouragement de sa famille, Pleyel décida maintenant à devenir son propre éditeur. Il vendit sa propriété rurale et déménagea avec sa famille à Paris au printemps de 1795. Maintenant la musique classique viennoise sonna dans le cour de Paris.

 
Une fois de plus le maître de Ruppersthal posa une pierre de fondation, cette fois-ci pour les " Concerts olympiques ", qui plus tard deviendraient si populaires. En 1797 il fonda avec son beau-frère Daniel Schäffer la maison d'édition " Chez Pleyel " dans la rue Neuve des Petits-Champs. Cette compagnie, durant les années de son existence, édita le nombre imposant d'environ 4000 ouvres musicales. Pleyel imprima non seulement les compositions de son maître Haydn, mais aussi celles de ses contemporains comme Beethoven, Mozart, Hummel et Onslow ; il s'effor[cc]a notamment pour faire connaître l'ouvre de Boccherini.

En 1801 Pleyel publia la " Collection complète des quatuors d'Haydn, dédiée au Premier Consul Bonaparte ". La première édition incluait 80 quatuors à cordes, suivie de deux autres, et une en supplément. Parmi les efforts pionniers de Pleyel était l'invention de la partition de poche dans la série " Bibliothèque musicale ", débutant en 1802 avec l'édition de quatre des symphonies d'Haydn, suivie de dix éditions contenant ses quatuors à cordes. Par la suite Haydn composa la lettre suivante à Pleyel le 6 décembre 1802: " Je vous suis très reconnaissant pour l'édition particulièrement belle des quatuors que vous m'avez envoyé par le biais de M. Pichl: pour leur belle gravure, pour le papier et pour le fait qu'ils sont si corrects, et pour leur allure générale, on se souviendra toujours de vous ". L'année 1797 est aussi considérée comme l'année de fondation de la méthode d'instruction de piano intitulée : " Nouvelle méthode de Pianoforte, contenant les principes du doigté ", qu'il publia ensemble avec le pianiste connu à l'époque Jan Ladislaus Dussek (1760 - 1812).